CréationsLes matériaux bruts : les fibres protéiquesLes matériaux bruts : les fibres cellulosiquesLes matériaux bruts : les fibres synthétiquesDes textiles sans fils : les tissus de feutre et d’écorceLa fabrication du fil : le peignage, le cardage et la filatureLa colorationFabriquer des textiles sans tissage : le tressage, le tricot et le nouageLa dentelleFabriquer des textiles avec un métier à tisserVêtir le mondeRassembler les morceaux : les appliqués et le piquéLa broderieLes imprimésLa teinture par réserve : le batik, le plangi et l’ikatLa fabrication de paniers

tapis de prière (kilim)

Avant l’invention des teintures synthétiques, en 1856, les couleurs ornant les matériaux textiles provenaient d’un vaste éventail d’éléments végétaux, animaux et minéraux. Grâce à d’ingénieux procédés faisant intervenir la chaleur, la fermentation et divers additifs, comme des sels minéraux, de l’urine et des excréments, bon nombre des tons générés par ces teintures naturelles frappaient par leur éclat et leur résistance à la décoloration et au dégorgement. En 1856, par accident, William Perkin découvrait un mauve synthétique dans son laboratoire. Dès lors, les commerçants européens ont rivalisé d’ardeur pour dominer le lucratif marché des teintures synthétiques pour les textiles.





D’où ce textile provient-il?

Prévisualisation de la carte du monde

La coloration

tapis de prière (kilim)
Europe : Europe de l'Est, Balkans, Bulgarie
1890 - 1900, fin du XIXe siècle
Laine, tissée selon la technique de la tapisserie relais
156 cm x 106 cm
De la collection d'Opekar/Webster
T94.2221 Textile Museum of Canada



Ce tapis arbore une arche (mihrab) en son centre, indiquant qu’il est conçu pour la prière. Dans la religion islamique, les tapis de ce type sont utilisés au domicile ou à l’extérieur pour créer un espace propre pour prier, ainsi que l’exige le Coran. Le vert est la couleur du prophète Mahomet. S’il s’agit d’une couleur relativement rare dans les tapis orientaux, il n’est pas étonnant de la retrouver sur un tapis destiné à des fins religieuses. Comme ce tapis est coloré naturellement, nous savons que son vert résulte d’un indigo (bleu) surteint avec un jaune naturel (peut-être du pollen de crocus). L’intensité et la densité de la couleur caractérisent la laine surteinte.

Omniprésent dans la nature, le vert clair est l’une des couleurs les plus difficiles à reproduire à l’aide de teintures naturelles. Les jaunes et les bruns comptent parmi les plus faciles. Il suffit de faire bouillir presque n’importe quelle plante pour obtenir une teinture brune tout à fait convenable pour pigmenter la laine de mouton.






À vous de jouer
Testez et enrichissez votre connaissance des textiles. Choisissez une aventure parmi les quatre proposées.


Créez une mola Teignez avec des plantes Découvrez un tapis magique Savoir-faire animal