LieuxLe jardin d’enfantsLe berceauLa forêtLa fermeLa chambre à coucherLe cœurLa Nouvelle-FranceLe salonLes PrairiesLoin du foyer maternelLe Grand NordLa côte PacifiqueLa table à théLa cabane en rondinsL’étang gelé

ceinture (ceinture flechée)

Au XIXe siècle, la ville de L’Assomption, au Québec, était la capitale de la production des fameuses « ceintures fléchées ». Empruntée aux Premières nations, la technique du tressage plat a été adaptée par les colons français pour réaliser ce vêtement typique que les trappeurs et les agriculteurs portaient à la taille. L’industrie artisanale de la ceinture fléchée de L’Assomption a été prospère jusqu’à ce que, à la fin du XIXe siècle, la Compagnie de la Baie d’Hudson commence à importer d’Angleterre des imitations bon marché tissées au métier.





D’où ce textile provient-il?

Prévisualisation de la carte du monde

La forêt

ceinture (ceinture flechée)
Amérique du nord : Le Canada, Canada Central, Québec
1875 - 1925, Fin du XIXe au début du XXe siècle
Laine tressée
20 cm x 205 cm
Don de Lloyd Solish
T89.0158 Textile Museum of Canada



À première vue, cette large ceinture paraît tissée. En y regardant de plus près, on voit qu’il s’agit plutôt d’une large tresse plate en diagonale, constituée de plusieurs brins de laine filée serré. La ceinture est dite « fléchée » à cause du motif en pointes de flèche que forme l’enchaînement des couleurs.

Que la technique de la ceinture fléchée soit d’origine autochtone ou bien d’influence européenne, c’est le style de tressage qui, à juste titre, en fait la renommée. Essayez de tresser huit ou douze brins de laine et vous serez rapidement à même d’apprécier l’habileté de ceux qui en agençaient jusqu’à cent pour faire une seule ceinture.






À vous de jouer
Testez et enrichissez votre connaissance des textiles. Choisissez une aventure parmi les quatre proposées.


Créez une mola Teignez avec des plantes Découvrez un tapis magique Savoir-faire animal